L’envers du décor de la série “we are all victim”